Animaux marins : des filtres à virus

Publié par Romain . le

Animaux marins : des filtres à virus

Oui vous avez bien lu, certains animaux marins ont la capacité d'absorber des virus tout en filtrant l'eau des océans afin d'en extraire l'oxygène et des nutriments. Les éponges de mer sont les spécialistes dans ce domaine. C'est ce que l'écologiste Jennifer Welsh a publié au journal Nature Scientific Reports. Jennifer Welsh explique que, lorsqu'un virus infecte une cellule, il utilise son hôte pour fabriquer de nouveaux virus. Une fois que ceux-ci sont libérés, ils peuvent, à leur tour, infecter encore plus de nouvelles cellules". Cependant, l'écologiste a découvert que les nombreux virus présents dans la mer, environ 150 millions dans un verre d'eau, servent pour beaucoup, de garde-manger à beaucoup d'animaux marins.

eponge de mer

éponges de mer

Filtres à virus

Un autre exemple de l'importance pour la planète de la faune marine : L'huître japonaise respire en filtrant l'eau de mer, elle en extrait l'oxygène, mais ce n'est pas tout, elle se nourrit également de virus et bactérie, vivant dans les océans.  Welsh et son équipe ont découvert : “lors de nos expériences, au cours desquelles nous n'avons pas offert de nourriture aux huîtres (elles n'ont donc filtré l'eau que pour l'absorption d'oxygène), les huîtres japonaises ont tout de même éliminé 12 % des virus présents dans l'eau".

huitres 

Ce chiffre place l'huître à la 4ème place des espèces que Welsh a examinées. "De tous les animaux marins que nous avons testés, les éponges, les crabes et les coques sont arrivés sur le podium. Dans nos expériences, les éponges ont réduit la présence de virus jusqu'à 94 % en 3 heures. Une autre expérience a montré que l'absorption des virus se fait très rapidement et efficacement, même si nous avons mis de nouveaux virus dans l'eau toutes les 20 minutes, les éponges sont restées extrêmement efficaces pour éliminer les virus“.

Un facteur nouveau dans l'étude des virus

Jusqu'à présent, on ignorait que des animaux marins pouvaient avoir une influence aussi importante sur les populations de virus présents dans les océans. "L'influence des organismes non hôtes dans l'environnement ambiant est un facteur qui a vraiment été négligé dans l'étude des virus", explique Jennifer Welsh.

Toutefois, l'écologiste ne pense pas que les résultats de ses expériences seront identiques, une fois appliqués dans l'habitat naturel. "La situation y est beaucoup plus complexe, car de nombreuses autres espèces animales sont présentes et s'influencent mutuellement. Par exemple, si une huître filtre l'eau et qu'un crabe arrive, elle ferme sa valve et s'arrête de filtrer... Et puis, il faut aussi tenir compte de facteurs tels que les courants, les marées, la température ou encore les rayons UV".

Utile en aquaculture

Toutefois, ces nouvelles informations pourraient à terme être utiles à l'aquaculture. Dans ce secteur, où les poissons et crustacés destinés à la consommation humaine, sont élevés dans des bassins de mer. En effet, dans les fermes d'aquaculture, d'énormes quantités de spécimens d'une seule espèce vivent ensemble. Si jamais une maladie contagieuse se déclarait, les risques, que l'agent pathogène se propage aux populations sauvages vivant dans la mer, sont très élevés. Avec l'ajout d'un nombre suffisant d'éponges de mer par exemple, le risque d'une épidémie virale serait peut-être évité.

Les résultats de cette recherche montrent bien qu'il s'agirait d'un bon projet de recherche et de développement. L'aquaculture est de plus en plus considérée comme une alternative durable à la pêche en mer, mais elle reste aussi très critiquée, surtout par les défenseurs de la nature.

parc à huitre

parc à huîtres

 Jennifer Welsh est la première chercheuse du Royal Netherlands Institute for Sea Research (NIOZ) à défendre sa thèse, en pleine crise causée par le COVID-19.

  

Référence étude: Jennifer E. Welsh, Peter Steenhuis, Karlos Ribeiro de Moraes, Jaap van der Meer, David W. Thieltges, Corina P. D. Brussaard. Marine virus predation by non-host organisms.

 
Naturora © Copyright 2020

 

← Article plus ancien


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.